Home » La chasse durable » Bassin Méditerranéen Du plomb dans l’aile

Bassin Méditerranéen Du plomb dans l’aile

Au pays du cèdre, il ne fait pas bon avoir des plumes. Chaque année, une foultitude d’oiseaux migrateurs – plus de 250 espèces – font halte au Liban, notamment dans la plaine de la Békaa. Beaucoup ne reprendront pas leur envol, mais finiront truffés de plomb. Car des hommes les attendent au tournant, l’œil dans le viseur.

« La chasse est chaotique, personne ne respecte la loi », se désole Pascal Abdallah, qui travaille avec la Société pour la protection de la nature au Liban (SPNL). « Dès l’âge de 8 ans, les enfants chassent avec leurs parents. Les gens vont partout avec leur 4×4, abîment tout et abandonnent leurs cartouches vides ».

Protégée ou pas, toute bête à plumes est une cible, de la cigogne au gobemouche.

Pour lutter contre ces ravages, la SPNL se bat pour créer des Himas, des réserves naturelles dont la gestion implique les communautés locales. Cette approche traditionnelle et millénaire est généralement mieux acceptée par la population. Elle laisse la porte ouverte à certaines activités humaines, comme l’écotourisme, et ne proscrit pas toujours une chasse réglementée.

Patiente, la SPNL ménage les susceptibilités et sensibilise la jeunesse pour que les mentalités changent. Lentement, mais sûrement.

Article publié dans le magazine « Terre Sauvage », n°300, janvier 2014, page 88.

Check Also

Le festival Birdfair 2015 à Rutland Water: Un espoir pour les oiseaux migrateurs à l’est de la Méditerranée

Un nombre record d’une dizaine de milliers de visiteurs du monde entier a assisté au …