Home » La chasse durable » La protection des oiseaux migrateurs en Méditérrannée

La protection des oiseaux migrateurs en Méditérrannée

Après le festival Birdfair 2015, la lutte continue pour protéger les oiseaux chanteurs migrateurs chassés illégalement le long de la voie migratoire en Méditerranée.

Deux fois par an durant leur migration, les oiseaux rencontrent deux obstacles naturels sur la voie de migration entre l’Eurasie et l’Afrique : la mer Méditerranée et le désert du Sahara. Même s’ils parviennent à les surmonter, beaucoup sont exposés à des dangers mortels d’origine humaine. Dans une étude sans précédent sur la portée et de l’ampleur de la chasse illégale en Méditerranée, BirdLife International a estimé que 25 millions d’oiseaux, des oiseaux chanteurs pour la plupart, sont victimes du braconnage tous les ans.

Les autres menaces sont les lignes électriques et les éoliennes (électrocution et collision) et la perte et la dégradation des zones de repos et d’alimentation. Des espèces comme la tourterelle européenne, la barge à queue noire et le pipit des prés sont en déclin. Avec la désertification progressive de la région du Sahel en Afrique, les oiseaux migrateurs qui traversent le Sahara auront de plus en plus de mal à survivre.

BirdLife et ses partenaires nationaux ont développé une stratégie de préservation de la voie de migration entre l’Eurasie et l’Afrique, pour assurer un futur meilleur aux oiseaux migrateurs d’ici 2020 et encourager les études scientifiques et la sensibilisation du public sur la grandeur et la beauté de ces oiseaux. Une partie de cette stratégie consiste à développer un réseau d’individus et d’organisations qui partageraient leur expertise et coordonneraient des initiatives à l’échelle de la Méditerranée. L’initiative de la fondation MAVA (Capacity Development for Flyway Conservation in the Mediterranean) vise à réduire les menaces principales qui pèsent sur les oiseaux migrateurs dans la région méditerranéenne.

Dans sa seconde phase, ce projet renforcera un réseau dynamique et autonome de plus de 20 ONG travaillant avec des acteurs clés (populations locales, gouvernements, communauté internationale) afin de mettre en œuvre une action de conservation coordonnée, durable et efficace dans la région. Des actions de conservation sont déjà en cours dans certains pays dans le cadre de ce projet.

A Chypre, BirdLife Chypre exerce des pressions sur le gouvernement pour qu’il approuve le premier plan d’action national élaboré par l’ensemble des parties prenantes afin de mettre fin au piégeage illégal des oiseaux chanteurs. « Nous sommes une petite île assiégée par les braconniers et savoir que nous sommes soutenus est réellement important » confie M.Martin Hellicar, coordinateur de la recherche de BirdLife Chypre.

Au Monténégro, l’interdiction de la chasse a été décrétée dans deux sites importants où les oiseaux migrateurs font escale dans les Balkans : le lac Sasko et la saline d’Ulcinj. En Croatie, l’association BIOM milite contre l’aménagement d’un aéroport sur l’aire d’alimentation de la seule colonie de faucons crécerellette du pays. En Macédoine, la Macedonian Ecological Society réalise un film pour promouvoir la conservation des oiseaux migrateurs.

La Société pour la Protection de la Nature au Liban met en œuvre une formation pratique sur la chasse responsable destinée aux personnes désireuses d’obtenir le permis de chasse national. La SPNL a par ailleurs lancé un projet pilote de « zones de chasse responsable » pour promouvoir une chasse réglementée et durable.

Le partenaire de BirdLife en Tunisie, les Amis des Oiseaux, a célébré la Journée mondiale des oiseaux migrateurs, avec le thème :  « Pour une énergie respectueuse des oiseaux » pour souligner l’importance de la mise en œuvre de technologies énergétiques de manière à éviter, réduire ou atténuer les impacts sur les oiseaux migrateurs et leurs habitats.

A Malte, un référendum historique sur l’interdiction de la chasse au printemps a eu lieu en avril 2015. BridLife Malte et une coalition d’ONG ont mené une campagne nationale et bien que le maintien de la chasse l’ait remporté avec 51% des voix, ceci indique que près de la moitié de la population maltaise souhaiterait que la chasse soit interdite au printemps.

BirdLife International a lancé une campagne de sensibilisation au niveau national et international relative à la chasse illégale des oiseaux avec la publication d’une étude scientifique pan-méditerranéenne financée par un donateur anonyme.

Pour faire un don pour la préservation et la sécurité des voies de migration, merci de cliquer sur le lien suivant : https://www.justgiving.com/Fight-for-the-Flyway

Source: http://www.birdwatch.co.uk

Check Also

Bassin Méditerranéen Du plomb dans l’aile

Au pays du cèdre, il ne fait pas bon avoir des plumes. Chaque année, une …