Home » Espèces Menacées » Les Chats sauvages

Les Chats sauvages

Il existe trois familles de chats sauvages au Liban : le chat sauvage, le chat des marais et le caracal.

Le chat sauvage : (Felis silvestris tristrami)

Wild-Cat-pic-2

Chat sauvage (Felis silvestris tristrami)

 

Statut: Le chat sauvage n’est pas rare au Liban, dans les endroits reculés des montagnes et dans les habitats très boisés.

Description: Les chats sauvages ressemblent aux chats tigrés domestiques mais ont tendance à être plus grands et plus forts (la tête et le corps mesurent environ 50 cm). Ils ressemblent également aux chats des marais, mais sont de plus petite taille. Les chats sauvages ont une queue touffue avec 3 à 5 anneaux noirs et une pointe également noire. Un museau court et une truffe de couleur rose, de grands yeux avec un iris jaune, des pattes longues et fines et une fourrure fauve gris-cendrée avec des rayures sur les flancs sont autant de caractéristiques de cette espèce.

Habitat: Le chat sauvage préfère les bois caducs et les oueds rocheux, mais il peut être observé dans des habitats variés. Les chats sauvages s’abritent dans des buissons, dans de grands arbres et même dans des terriers de renards.

Chat sauvage 1

Mode de vie: Essentiellement nocturne, les principales proies du chat sauvage sont les souris et les rats. Il se fie principalement à son ouïe affûtée quand il chasse. Il mange parfois des oiseaux dont il apprécie surtout les œufs, des serpents et autres reptiles, des sauterelles, des scorpions et des scarabées. Durant la journée, les chats sauvages passent le plus clair de leur temps sur de hauts perchoirs, sur les rochers ou dans les arbres. Ils s’y reposent et gardent leur territoire avoisinant les 3 km² qu’il délimite avec des marques réalisées avec ses griffes sur les troncs, ses urines et excréments . On note d’ailleurs que déjections sont enterrés quand il les fait à l’intérieur du territoire alors qu’en revanche sur les bords de son territoire il les dépose sur les souches, les buissons et les pierres.

Les mâles ont toujours des territoires plus grands que ceux des femelles et, souvent même, le territoire des mâles englobe celui de plusieurs femelles. Comme beaucoup d’autres mammifères, le chat sauvage a un comportement très territorial qu’il défend contre d’autres concurrents qui pourraient s’y aventurer. Une femelle s’accouple avec plusieurs mâles ; ces derniers engagent de nombreux combats pour assurer leur descendance.

En courant, ils sont capables d’atteindre une vitesse de 32 km/h. La reproduction semble être annuelle, la grossesse dure de 63 à 69 jours. La taille de la portée varie de 1 à 8 individus.


Répartition: Le chat sauvage est largement répandu de l’Ouest de l’Europe à l’Ouest de la Chine, et de l’Afrique du Nord et subsaharienne au Moyen-Orient.
Chat sauvage 2

Le chat des marais : (Felis Chaus), réparti en 9 sous espèces dont Felis chaus furax au Liban, en Syrie et en Irak

Chat sauvage 3

Statut: Il est rare au Liban et localisé dans les marais de la Békaa (Aammiq) et sur les collines contiguës de la réserve des cèdres du Chouf.

Description: La plus grande différence entre les chats des marais et les chats sauvages est leur taille : le chat des marais est beaucoup plus grand (la tête et le corps mesurent approximativement 68 cm), avec des pattes plus longues et une queue plus courte. De grandes oreilles, un pelage grisâtre à brun fauve sur le dos, des bandes sombres sur les cuisses, et généralement 3 anneaux noirs sur la queue, sont les caractéristiques du chat des marais.

Habitat: Les chats des marais préfèrent rester dans les roselières denses des marais et dans les collines très boisées et proches de l’eau et des cultures. Il se niche dans les trous d’arbres, les terriers abandonnés ou encore dans une fente entre des rochers.

Mode de vie : Il est plus actif la nuit, mais n’est pas strictement nocturne, contrairement à beaucoup d’autres espèces de chats sauvages. Il peut chasser en début de matinée et au crépuscule. Son régime alimentaire se compose principalement de petits rongeurs (rats, souris, mulots..), d’oiseaux, d’amphibiens et de serpents. Ce félin peut parfois sauter pour attraper des oiseaux, comme les canards et les moineaux. C’est un excellent nageur, capable de se jeter à l’eau pour attraper des poissons ou pour échapper à des chiens ou à l’homme. Comme les chats sauvages, les chats des marais sont des coureurs très rapides.

Le chat utilise plusieurs méthodes de chasse pour attraper ses proies :

– la chasse à l’affût. Par exemple il va grimper en hauteur près d’un passage ou d’une zone où les proies viennent s’abreuver et leur sauter dessus.

– la chasse à l’approche. Le chat aperçoit une proie, s’avance très doucement et dès qu’il peut, il va l’attaquer.

La chatte a deux périodes de reproduction par an, au printemps et en été. La gestation dure 55 à 65 jours et chaque portée est composée de 3 à 6 petits qui restent aveugles jusqu’à 9 jours. La mère allaite, soigne et protège ses chatons en leur assurant également un apprentissage à la chasse.

Le chat sauvage n’est pas chasseur par instinct, les petits tiennent de leur mère l’art de chasser.
La mère commence par apporter au terrier les proies qu’elle vient de tuer. Les petits qui ne sont pas encore sevrés apprennent ainsi à dénuder une carcasse. Après quelques semaines, elle rapporte des proies vivantes. C’est à trois mois qu’elle emmène ses jeunes à la chasse. Il leur faudra deux mois d’entraînement avant de devenir autonomes. Ils atteignent leur maturité sexuelle à l’âge d’un an.

Wild-Cat-pic-3

 

Répartition: Les chats des marais sont répandus partout en Asie, et localement dans le Nord de la Syrie, en Palestine, en Jordanie et au Liban.

Protection et prédation : Le principal prédateur du chat sauvage est l’homme qui a failli l’exterminer à cause de son goût pour le petit gibier et les animaux domestiques, notamment les volailles. Il est vrai qu’en une seule nuit, une chatte peut égorger une trentaine de poules pour nourrir sa portée.

Ensuite les prédateurs naturels sont les rapaces plus ou moins gros (suivant la taille du chat) ou le renard .

Le chat sauvage est cependant très utile pour réguler la population des rongeurs, particulièrement dans les zones agricoles. Nos ancêtres l’ont domestiqué afin de protéger leurs habitations des rongeurs et des reptiles.

Les mesures de conservation recommandées sont d’encourager les éleveurs à mieux protéger leur volaille afin de prévenir tout conflit. Cette espèce pourrait également bénéficier d’une meilleure protection des zones humides naturelles et des roselières, en particulier dans les régions les plus arides de son aire.

Statut de conservation : Préoccupation mineure

(http://www.wildlebanon.org/fr/pages/ani/catfamily.html powered by A Rocha)

Le caracal : (Caracal caracal)

Caracal caracal 1

Description:
Le caracal est un mammifère carnivore appartenant à la famille des félins. C’est un félin de petite taille, il mesure de 56 à 74cm plus sa queue qui est en moyenne de 22cm. Il pèse de 16 à 23kg. Son pelage est brun rougeâtre mais il peut varier certaines périodes de l’année vers le gris-jaune. Par contre, le bout de ses pattes, son museau et ses oreilles sont noirs.

Caractéristiques :
Le caracal, signifiant en turc “oreilles noires”, vit en moyenne 17 ans en nature mais un peu plus en captivité comme pour le reste des félins car ils ne sont pas exposés au danger de la nature.
Le caracal est un solitaire, il vit seul et ne rejoint les femelles que pendant la période des accouplements. Il est nocturne, il parcourt la nuit de grandes distances pour réussir à se nourrir car les proies étant endormies, il a plus de facilité à se préparer un petit festin. Généralement, on trouve cet animal dans la brousse ou la savane mais on peut également le trouver dans certaines régions boisées. La communication vocale est similaire à celle du chat domestique et comprend des miaulements et des feulements.

Reproduction :
La gestation des femelles caracals dure de 70 à 78 jours, elle donne naissance en moyenne 4 petits par portée. Les caracals ne s’accouplent qu’une fois par an, généralement au printemps. Pendant la période d’accouplement, le mâle délimite son territoire avec son urine signalant ainsi aux autres mâles que cette zone est déjà réservée. Les jeunes sont semblables aux adultes, mais leur teinte est d’un gris plus terne. Dissimulés dans des crevasses, ils sont sevrés au bout de 4 à 6 mois, mais commencent à s’aventurer hors du nid après trois semaines.

Caracal caracal 3

La chasse :
Pour chasser, le caracal s’accroupit lentement derrière un buisson ou tout autre cachette, observe sa proie tout en avançant de quelques pas, puis saute sur sa victime en la mordant à la gorge. Il peut faire des bonds de plus de 3 mètres, lui permettant ainsi d’attraper des oiseaux en vol.
Le régime alimentaire du caracal se compose essentiellement de chevreuils, de chamois, de lapins, d’écureuils, de martres, de marmottes, de souris, de campagnols ou d’oiseaux. En période de disette, il ne dédaignera pas manger quelques insectes, escargots ou lézards.

Caracal caracal 2

Particularités :
Le caracal n’a pratiquement aucun ennemi, il n’intéresse pas beaucoup d’autres mammifères mis à part le chacal mais surtout l’homme car le caracal est classé comme espèce en menace de disparition.
On reconnait très facilement le caracal grâce à ses longues oreilles. C’est un très bon grimpeur qui se déplace à l’aise dans les arbres pour atteindre les nids d’oiseaux.


Répartition:

Turquie, Liban, Inde, Chine, Égypte et Arabie Saoudite.

Statut de conservation : espèce menacée de disparition

Caracal caracal 4