Home » Actu » Histoire d’une plantation réussie dans la Hima Anjar

Histoire d’une plantation réussie dans la Hima Anjar

par Rodolph Farah (traduction)

C’est l’histoire d’un jeune homme, Khajaq Stanbulian, admirateur de la nature et de ses bienfaits, qui s’est lancé dans la culture de fraises biologiques pour le plaisir et pour les avantages de ce mode de production. Il a débuté son modeste projet sur un petit lopin de terre, au pied de la montagne dans la Hima Anjar. Armé d’une pioche, il a retiré toutes les pierres à la main, creusé de profonds sillons puis y a replanté, il y a deux étés de cela, des pousses de fraisiers provenant de son jardin. Il s’agissait de la plus ancienne variété de cultivars remontants connue des fermiers libanais et qu’il a plantés comme toute plante potagère, sans connaître les méthodes habituellement utilisées comme l’écartement et la densité des plants au mètre carré. Il a utilisé les techniques traditionnelles de multiplication et de fructification, récoltant les fruits pour sa consommation personnelle seulement.

Après un certain temps, le jeune homme a découvert que les fraisiers sont des plantes sauvages qui n’ont besoin ni de pesticides ni d’engrais chimiques, et que le fumier traditionnel était largement suffisant pour le volume de récolte qu’il souhaitait. Il a donc décidé de rester bio, sans nécessiter une quelconque certification, et seulement pour le plaisir d’apprécier le goût unique de ses fraises. Petit à petit, il a commencé à agrandir ses plantations tout en continuant à utiliser la manière traditionnelle qui exige trop d’espace pour un faible rendement.

Il y a quelques mois, un expert de la SPNL a rendu visite à la municipalité de Anjar et rencontré un ami de Khajad, Berj, qui lui a fait visiter la plantation. L’expert leur a montré comment prendre soin des variétés remontantes de fraises et optimiser leur rendement en taillant et en ôtant des fleurs des plants. Il leur a aussi recommandé d’introduire de nouvelles variétés comme l’Albion et leur a fourni les coordonnées de distributeurs de plantes de pépinières.

Khajaq a donc acheté et planté des centaines de plants d’Albion sur le site, les a irrigués et préparés pour la récolte d’été. Dans quelques semaines, les anciens fraisiers cesseront de produire tandis que l’Albion commencera à fructifier. Cette année, Khajaq aura une longue période de culture, du début du printemps à la fin de l’automne. Jusqu’à présent, il distribue toujours ses produits à sa famille et aux amis.

Si vous visitez Anjar, Khajaq sera ravi de vous recevoir sur sa terre et de vous faire déguster ses fraises bio, installés sur de vieilles chaises bancales à l’ombre d’une cabane recouverte de roseaux, surplombant Anjar et la vallée de la Békaa.

 

Check Also

Cérémonie à la mémoire de Luc Hoffmann, à la Tour du Valat, Camargue – France

By Assad Serhal – SPNL Director General Vingt ans ont passé depuis ma première rencontre …