Home » Espèces Menacées » Le projet « Orange House » pour la sauvegarde des tortues de mer au Liban

Le projet « Orange House » pour la sauvegarde des tortues de mer au Liban

Depuis des millénaires, les tortues de mer reviennent pondre chaque été sur les côtes du Liban-sud, à l’endroit où elles sont nées. Au terme du temps d’incubation, les petites tortues quittent leur nid et se précipitent droit vers la mer, en pleine nuit.

L’incroyable rencontre de Mona Khalil avec une tortue de mer, une nuit de 1999, a débouché sur le projet de sauvegarde des tortues à Mansouri et Qoleileh, la seule initiative de ce genre au Liban.

10626282_696343260443017_7821456062979641420_o
Un grand héron bleu près de la plage des tortues

 

Mona, qui vivait alors aux Pays-Bas, était en vacances dans sa famille. Par une nuit sans lune, face à la mer, elle a senti des pelletées de sable dans son dos. Derrière elle, une tortue verte était train de pondre. Quand elle a appris que ces tortues étaient en voie de disparition au Liban, elle a pris la décision de rentrer au pays pour les sauver.

Un des nombreux ateliers pratiques organisé par « Orange House ». Plus de 40 jeunes ont été formés à la sauvegarde des tortues le 30 août 2014.
Un des nombreux ateliers pratiques organisé par « Orange House ». Plus de 40 jeunes ont été formés à la sauvegarde des tortues le 30 août 2014.

Imaginez une histoire vieille de 100 millions d’années, celle d’un animal qui a réussi là où les tout-puissants dinosaures ont échoué : survivre en dépit des changements climatiques. De nos jours, la plus grande menace que les tortues affrontent n’est pas d’ordre climatique, c’est l’homme qui est leur principal ennemi.

Au Liban, Mona se bat pour les sauver et les protéger.

 

La tortue caouanne (Caretta caretta) et la la tortue verte (Chelonia mydas) sont deux espèces en danger qui pondent sur les côtes libanaises. Après avoir éclos et entamé leur périple solitaire dans la mer, les tortues femelles reviennent toujours toujours pondre là où elles sont nées, 25 ans plus tôt. La dégradation du site d’origine modifie radicalement leur comportement et le taux de natalité, ce qui a des répercussions sur tout l’écosystème marin .

 le 6 septembre 2014, après avoir vérifié le 9ème et dernier nid des Caretta, 11 œufs étaient non fécondés, 2 embryons décédés, 6 petites tortues mortes et 41 jeunes qui seront libérés.
le 6 septembre 2014, après avoir vérifié le 9ème et dernier nid des Caretta, 11 œufs étaient non fécondés, 2 embryons décédés, 6 petites tortues mortes et 41 jeunes qui seront libérés.

 

En 2006, on comptait 80 nids et 30 seulement en 2013. Cette zone publique a besoin de protection, d’autant que des investisseurs locaux veulent la transformer, comme ailleurs, en domaine privé à des fins commerciales. Il faut préserver la plage de Mansouri et sauver le dernier sanctuaire des tortues au Liban sud.

Les dernières tortues Caretta de cette saison quittent leur nid. 6 septembre 2014
Les dernières tortues Caretta de cette saison quittent leur nid. 6 septembre 2014

 

Il est important de savoir qu’en protégeant ces tortues, nous n’essayons pas seulement de sauvegarder nos ressources naturelles, ni ce qui nous appartient, mais ce qui représente une richesse planétaire. Ces côtes ne sont pas les nôtres : elles sont le foyer d’espèces qui ont précédé les êtres humains.

Photos de la page  Facebook du projet “Orange House »

1556345_694005210676822_8544029576264003789_o 10575311_694870467256963_8873781507615438402_o 10575363_692167724193904_3925224214663053686_o 10582859_685701778173832_132287752412599730_o 10583008_696342223776454_3099880351055506650_o 10608359_685727671504576_5944820165817373049_o 10628689_695838363826840_8991279054390575725_o

 

Check Also

Un aigle migrateur abattu… et soupçonné d’espionnage !

L’histoire insolite, qui a commencé par la découverte d’un dispositif électronique sur l’animal, est replacée …