Home » Publications » Les tapis traditionnels d’El-Fekha : tissage et patrimoine

Les tapis traditionnels d’El-Fekha : tissage et patrimoine

El-Fekha Traditional CarpetsLa fabrication de tapis d’El-Fekha, une tradition qui remonte au 11ème siècle, trouve son origine dans ville de Bergama, située sur la côte nord-ouest de Turquie, dans la province d’Izmir. Ces tapis, robustes et très décoratifs, représentent un témoignage du mode de vie pastoral des Yörük (Yorouks), clans qui peuplaient la région à cette époque avant de se déplacer dans le sud-est du pays.

Cet artisanat a été introduit au Liban durant l’occupation ottomane, au 18ème siècle. Il a d’abord été pratiqué dans la région du Akkar, plus précisément dans les villages d’Aïdamoun et d’El-Kwashra habités par une population turkmène avant d’arriver au village d’El-Fekha vers 1880 lorsque Rahmeh el-Hage, originaire du Akkar, se marie avec Hassan el Cheikh Succaria du village d’El-Fekha, y important ainsi son art et son talent.

Au fil du temps, la majorité des maisons possédaient un métier à tisser opérationnel dans cette partie de la vallée de la Békaa (El-Fekha et Ersal). Le matériel nécessaire, la laine de mouton, était disponible en abondance et la technique bien assimilée par les femmes du village. Chaque foyer fabriquait ses propres tapis et couvertures et était également en mesure de répondre à la demande de toutes les principales villes de la Békaa comme Hermel, Baalbeck et Zahlé.

Aujourd’hui, avec l’industrie mécanisée, cet artisanat a presque disparu. Seules les personnes qui désirent décorer leur intérieur avec des produits artisanaux achètent des tapis d’El-Fekha et quelques familles offrent encore à leur fille un ensemble de tapis et de coussins en guise de cadeau de mariage (en arabe : masnad et dawshak). Par conséquent, la SPNL s’est engagée à relancer cet artisanat traditionnel dans le cadre du projet de la Hima El-Fekha.

Le processus de fabrication des tapis :

Phase 1 : tonte des moutons et stockage de la laine,

Phase 2 : lavage et séchage de la laine,

Phase 3 : cardage et filage,

Phase 4 : teinture et séchage,

Phase 5 : nouage du tapis.

Les techniques de teinture naturelle de la laine :

Les couleurs étaient d’origine naturelle : plantes, arbres, noix, oignons, grenades… Les artisanes procédaient à la teinture de la laine dans de grands récipients chauffés au feu de bois dans la cour de leur maison ou près du canal. Aujourd’hui, elles utilisent des couleurs chimiques importées d’Allemagne ; le résultat est différent et les couleurs sont souvent trop voyantes. La SPNL préconise le retour aux techniques de teinture naturelle pour les nouveaux tapis d’El-Fekha.

Les autres attractions de la région :

  1. A Jdeydet el-Fekha :

    1. La guesthouse Al-Rashid.

    2. Les sentiers de randonnée de la Hima.

    3. Le canal historique Qana el-Qaaiyyeh (Qana Zannoubiya).

    4. La distillerie d’arak.

  1. A Ras Baalbeck ( 4 km.) :

    1. Le monastère historique de Notre-Dame (Deir es-Saydeh).

    2. Le fabricant de luths traditionnels, M. Nazih el-Ghadbane.

    3. L’éco-musée de la molasse (grès à ciment de calcaire argileux).

  2. A Hermel (15 km) :

    1. Les tombes anciennes de Qammouaa el-Hermel

    2. Le fleuve Oronte – Al Aassi , la source Ez-Zarqa, les restaurants le long de la rivière.

    3. Le rafting dans la rivière Al Aassi.

 

Télécharger le fichier PDF (Anglais)

Check Also

Parution du « Guide des fleurs sauvages de Hima Fakiha »

Le « Guide pratique des fleurs sauvages de Hima Fakiha et des environs » recense les plantes …